Rechercher

Voyage à vélo : Astuces & Conseils

#1 : Pourquoi voyager à vélo ?


La crise sanitaire que nous avons vécue a révélé notre besoin d’ouverture et de liberté. Plus que jamais, nous avons pris conscience de l’importance de cette liberté fondamentale, celle de se mouvoir comme bon nous semble. Pour lui donner sa libre expression, le vélo s'est imposé comme un moyen de transport complet, alliant l'exercice physique à l'épanouissement spirituel.


S'il commence à être largement adopté en ville (et pas que!) pour les trajets quotidiens, le vélo se révèle être aussi un partenaire idéal de nos vacances, qui plus est à l'heure où le prix des carburants flambe.


A vélo en effet, l’aventure commence sur le pas de la porte ! Pas besoin donc de chercher une destination incroyable ! Parce qu'il place le trajet au premier plan, là où nous avions pris l’habitude de ne voir que la destination, le vélo nous permet de vivre le voyage plus intensément : les odeurs, le relief, les rencontres, tout y est ressenti à 100%.


Et tout cela sans parler du caractère éminemment vertueux d'un voyage ne reposant pas sur la combustion d'énergies fossiles, et dont le seul secret de la réussite est notre capacité à appuyer sur la pédale !




#2 : Le choix du vélo


En matière de cyclotourisme il y a une règle d’or : partez avec un vélo sur lequel vous vous sentez bien.


En effet, trop de gens utilisent des vélos inadaptés à leur morphologie. La première étape consiste donc à trouver la taille de cadre qui vous convient.

Ensuite, voici une petite liste des quelques cases que doit cocher un vélo pour vous permettre de voyager convenablement :


-Avoir des gros pneus (pas de vélo de route)

-Avoir des vitesses

-Permettre l’ajout de sacoches (vérifier la présence d'oeillets de fixation)

-Avoir une selle de qualité

-Être révisé


Si votre vélo valide toutes ces conditions, c’est bon, vous pouvez passer à l’étape suivante : l’équipement.

Si, à l’inverse, vous devez acheter un vélo pour ce voyage, voici quelques conseils pour limiter les dépenses :

-Privilégiez les VTT anciens, sans suspension, car ils sont robustes, faciles à améliorer et parmi les vélos les moins chers sur les sites de petites annonces ;

-Les vélos de cyclotourisme, avec des œillets pour installer des sacoches, peuvent également se trouver à des tarifs intéressants ;

-Si vous en avez les moyens, orientez-vous vers un vélo de gravel, le must-have des bikepackers.


Dans tous les cas, vérifiez que le vélo est révisé et fonctionne correctement : plaquettes de freins neuves, transmission graissée, plateaux et pignons en bon état (dents pas pointues), passage des vitesses fluide, absence de jeu dans la direction, tige de selle non bloquée, roues non voilées.

Cette liste n’est pas exhaustive mais si vous validez ces points ce ne sera déjà pas si mal !



#3 : l'équipement


Sacoche de cadre


La première étape, celle qui vous fera gagner une bonne surface de rangement, c’est la sacoche de cadre. En effet, selon la taille de votre cadre, cette sacoche pourra vous permettre de gagner jusqu’à 6L de capacité. Mesurez donc bien la longueur du tube supérieur de votre cadre, il serait dommage de vous retrouver avec une sacoche trop grande...


Sacoche de selle


Ensuite, il vous faudra une sacoche de selle. La capacité dépend des modèles mais elle oscille généralement entre 7L et 15L. On en trouve de deux types :

- La sacoche tout en un

- Le harnais qui maintient un sac étanche


Disposant désormais d’une sacoche de cadre et d’une sacoche de selle, il vous faut aménager un espace de stockage sur l’avant du vélo, jusqu’alors inutilisé. Pour ce faire, plusieurs options :

Soit vous optez pour une sacoche de guidon, soit vous optez pour un panier de manière à jouir d’une plus grande flexibilité (possibilité de poser une tente dessus, de l’utiliser pour faire 2-3 courses, etc.) mais au prix d’un poids plus élevé sur la direction, ce qui requiert, disons-le, d’être habitué à faire du vélo.


Enfin, pensez à vous munir du matériel nécessaire à quelques petites réparations (chambres à air, multi-outils, rustines, colle, chiffon, maillon attache rapide, etc.) ainsi que de 2-3 sangles, cela peut toujours servir (fixer une sacoche, étendre votre linge, etc.) !




#4 : L'itinéraire


A vélo, l’aventure commence sur le pas de la porte !

Pas besoin donc de viser des destinations lointaines pour se faire plaisir (demandez aux adeptes de la micro-aventure). Voici quelques astuces pour planifier votre itinéraire :


Pour la distance, vous pouvez appliquer la règle des 30% qui consiste à prendre pour référence la distance que vous avez l’habitude de parcourir sans paquetage, et à en retirer environ 30%.


Pour la destination, vous pouvez vous référer au réseau de voies vertes dans votre région pour un voyage entièrement à vélo. Si vous voulez explorer de nouveaux horizons, pensez au réseau de TER, RER et Intercités qui permet de transporter son vélo gratuitement. Il est également possible de transporter votre vélo non démonté dans les TGV Inoui pour la somme de 10€, mais le nombre de places est assez limité.


Pour le stationnement, pensez à Velhome ! En effet, les cyclotouristes constituent des proies faciles pour les voleurs. Dans de trop nombreux sites, les solutions de stationnement se limitent à de simples arceaux sur lesquels les cyclotouristes sont contraints de laisser leurs vélos chargés. Alors pour partir en vacances sereinement, visiter des lieux touristiques ou des centres-villes avec l’esprit tranquille, réservez vos stationnements sur www.velhome.co